Lettre à son amant

 

A toi l’amant de ma femme,

Toi le coquin

Qui captive son âme,

Toi l’infâme

Qui la besogne si bien,

Que dans ses yeux la flamme

De l’entrain

Scintille de nouveau à plein,

A toi,

Je dis merci !

Car oui,

Pour toi,

Et j’en profite aussi,

Des culottes et des bas

Ensoleillés

Fleurissent ici-là ;

Des parfums de qualité,

Des robes échancrées,

Des talons acérés.

Dieu que je suis heureux !

Je n’ai plus d’yeux

Que pour elle

Quand elle s’en va digne et belle

Te retrouver,

Le cul bombé,

La peau si bien peinturée,

Le sourire de biais.

A toi le joli lutin

Enfin,

Je te préviens,

Que comme la victime et l’assassin,

A jamais

Nous sommes liés,

Et que si tes prouesses

Envers ma bien aimée

Viraient à la mollesse,

Judicieux, il me semblerait,

Que ta gorge soit tranchée ;

Car oui l’amant,

Tu te dois d’accepter

Que jamais je ne tolérerais

Un subalterne

Sur mon domaine.

 

Ludo

 

 
Compteur gratuit

 

Tube chez rêveries

Montage: souri7.com